Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

N’étant pas partie prenante des adversaires du débat entre les gagnants du premier tour de la compétition présidentielle française, je ne l’ai entendu que par inadvertance à partir d’un peu moins de 23h. Je me suis aussitôt félicité de ne pas avoir perdu mon temps à l’écouter plus tôt. C’était atterrant, affligeant, que la discussion entre deux candidats à la présidence de la République – l’un des deux sera élu président dimanche – en soit réduite au niveau d’une altercation d’une violence rare. Il faut dire que c’était le fait de Marine Le Pen qui couvrait son interlocuteur d’invectives, lui coupant sans cesse la parole. Elle donnait l’exemple, l’illustration parfaite de sa conception de la liberté d’expression d et de la démocratie. On avait l’exemple de ce qui attend les Français, si par le hasard d’un scrutin perverti, elle devenait la reine élue de notre monarchie présidentielle. Je constate d’ailleurs que cette tactique du harcèlement permanent de l’ensemble des intervenants du FN, à tous les niveaux, est généralisée. Il s’agit d’une technique de communication de cette secte entrepreneuriale et familiale pour empêcher leurs opposants de s’exprimer clairement. Et, il semble bien que les journalistes soient indifférents ou impuissants et dépassés pour arbitrer correctement les échanges. Voire parfois complaisants.

Je me suis dit : ce n’est pas possible : je vais voter Macron !

Ce matin jeudi, j’écoute France-inter et M. Macron qui répond aux questions des auditeurs. L’un d’eux, une femme, lui demande s’il a conscience qu’il ne sera élu que par une minorité de gens, 24 % de voix au premier tour, moins de 20 % des électeurs inscrits, qui n’adhèrent même pas tous à son programme néolibéral, car beaucoup comme elle, ont voté pour lui dès le premier tour, afin de faire barrage au FN et sa candidate néo-fasciste. Beaucoup ajoute – t – elle, des « fillonistes, des mélenchonistes, des hamonistes, »  voteront pour faire barrage et non par adhésion au macronisme.

Et bien non répondit le beau monsieur au langage policé, certes plus agréable à entendre que celui de la harpie de la veille. Il veut respecter ses électeurs du premier tour, donc il ne tiendra pas compte – tout comme l’a fait Hollande, son pygmalion – du refus de la loi travail, de la hausse générale de la CSG de 1,70 point. Echapperont à l’augmentation les retraités bénéficiant de taux réduits, mais sans précisément indiquer lesquels, si bien qu’on ne sait pas si le taux spécifique de 6, 60% inférieur au taux de droit commun de 7, 50% fait ou non partie des dits taux réduits. Pire encore, rien n’indique dans le programme si c’est ce taux qui sera augmenté de 1,70% auquel cas la CSG retraite passerait à 8,30%, soit une augmentation quand même de plus de 25% ou si tout simplement les retraités rejoindront d’abord le taux général de 7,50 % avant l’application de la majoration de 1,70 point, soit alors un prélèvement total de 9,20% auquel cas l’augmentation de 2,60 points passerait à près de 40% !

De même la cotisation d’assurance maladie qui baisserait au détriment des mêmes retraités et de la sécurité sociale : en période de quasi-blocage des pensions, les actifs gagneraient :

– 1,40% là où les retraités perdraient au moins 0,40% ;

– plus probablement 1,70% pour une CSG à 8,30% ;

– et peut-être même 2,60% pour une CSG à 9,20%.

Quant à la limitation de l’impôt sur la fortune : « L'ensemble des valeurs mobilières en seraient exclues ". Exit donc l'assurance-vie et les investissements en actions. L'ex-ministre de l'Economie a précisé qu'il maintiendrait « l'abattement sur la résidence principale ", mais aussi l'exonération pour les œuvres d’art.»

Pour récapituler :

-avec la réorientation d’une part des provisions constituées par les Caisses de retraite vers les risques d’entreprise,

-avec la sur-taxation prochaine de l’assurance-vie,

-avec l’extension démagogique de l’exonération de la taxe d’habitation,

-et avec la constatation douloureuse de la diminution continue de leur pouvoir d’achat accentuée encore par le long blocage de leurs pensions, les retraités seront manifestement parmi les principaux perdants du programme du candidat Macron.

La suppression de la taxe d’habitation :

Seuls les foyers dont le revenu fiscal de référence est supérieur à 20 000 euros par part (40 000 € pour un couple, 60 000 € pour un couple avec deux enfants) continueront à acquitter cette taxe.

Les communes perdront 10 milliards d’Euros la première année, car la taxe d'habitation représente une de leurs principales ressources, soit environ 36%  selon l'Association des Maires de France (AMF), qui dénonce une mesure "attentatoire aux libertés locales". Cette perte de recettes serait "compensée à l'euro près" et les maires garderont la possibilité d'augmenter leurs taux s'ils le souhaitent. Mais attention, dans ce cas, l'Etat ne remboursera pas le surcroît d'impôts: ce sont les contribuables qui l'acquitteront. Ce que l’on donne d’une main, on le reprend de l’autre.

Pourquoi une si longue explication sur quelques points du programme macron

C’est que voilà, ce matin donc, j’ai entendu le candidat Macron, et patatras : comment voter pour un tel programme, dont je n’ai d’ailleurs cité que quelques aspects néfastes.

C’est lui qui va nous ramener le plus sûrement le FN s’il réussit à l’appliquer.

C’est pourquoi lors des législatives il faudra voter pour la FRANCE INSOUMISE, en tous cas, ne pas Marcher avec lui : la randonnée serait mortelle pour la majorité des habitants de notre beau pays !

Dimanche, à moins d’y être contraint par la menace de l’extrême-droite xénophobe et antirépublicaine, insoumis je voterai Mélenchon.

Allain Graux  

 

 

 

 

 

Tag(s) : #POLITIQUE