Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France est certes parfaitement intégrée dans le système militaire de l’Otan, instrument de la politique militaire impérialiste des Etats-Unis. Cependant, elle n’a pas uniquement un rôle de simple sous-traitant de la géopolitique mondiale de l’Empire américain, de gendarme spécialisé de l’Afrique de l’Ouest.

Comme tous les Etats, elle agit aussi pour la défense de ses intérêts particuliers. En l’occurrence ceux de la bourgeoisie hexagonale que le gouvernement veut représenter.

Ainsi, bien que vassale des Etats-Unis depuis sa réintégration dans l’Otan, elle se trouve aussi en concurrence avec l’Empire, que ce soit en Afrique ou au Moyen-Orient. En Afrique, les intérêts français, tant géopolitiques qu’économiques sont en contradiction avec les tentatives d’implantation américaine dans « Sa Françafrique », notamment en Mauritanie et au Mali (mais pas seulement) où les forces militaires américaines s’étaient implantées.

Au Moyen-Orient, la France agit pour retrouver une place d’influence qu’elle a perdue au profit des Américains, en particulier en Syrie et au Liban (sa zone d’influence historique). Par exemple, elle est intervenue en Palestine en contradiction avec les plans américains dans les négociations sur les réfugiés palestinien en février-mars 2008, pour présenter son propre plan sous le gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Avec Hollande et Valls, elle mène une politique contradictoire en Palestine, d’amitié indéfectible avec les dirigeants de la droite-extrême du gouvernement israélien, tout en condamnant la colonisation et en menaçant (tout récemment) de reconnaître l’Etat Palestinien, si la politique israélienne de colonisation se poursuivait. Par ailleurs, elle ne se donne pas les moyens de cette politique pour le coup indépendante de celle des Etats-Unis, en ne proposant pas de sanctions conséquentes à l’égard d’Israël, notamment en ne soutenant pas la campagne BDS, susceptible à cette échelle de faire céder Israël, mais de plus en faisant condamner les partisans des associations françaises qui mènent cette campagne, et en n’abrogeant pas la loi Alliot-Marie qui permet de les poursuivre en justice sous le prétexte fallacieux d’antisémitisme.

Ces contradictions illustrent à la fois les divisions de la société française à ce sujet, les pressions exercées par le lobby juif (CRIF) et une pression de plus en plus forte en faveur des droits légitimes des Palestiniens, en particulier depuis les bombardements répétés sur Gaza, les interventions des Associations et collectivité qui aident les Palestiniens face aux annexions illégales des terres, les expropriations, etc...

Au Grand Moyen-Orient, la diplomatie française s’est montrée très exigeante et ferme dans le règlement nucléaire iranien, alors que cela semble paradoxal avec le rapprochement économique actuel, facilité par d’anciens liens amicaux avec ce pays. C’est une politique là aussi en concurrence avec les intérêts américains, à la fois géopolitiques et économiques. Le rapprochement avec les pays arabes permet de faciliter des contrats militaires et économiques, mais aussi de replacer la France comme puissance partenaire dans un règlement des problèmes du Moyen Orient. Que ce soit en Palestine ou en Syrie, il fallait se rapprocher des monarchies et Etats du Golf, de l’Egypte, en se montrant intraitable avec les rivaux iraniens de l’Arabie Saoudite.

Cette politique serait plus crédible et efficace en passant véritablement des paroles aux actes, en :

- reconnaissant l’Etat de Palestine dans les frontières de 1967 ;

- appliquant des sanctions telles que le BDS tant que le gouvernement israélien n’aura pas renoncé à la colonisation et ne se sera pas retiré de la Cisjordanie, pour s’asseoir à la table d’une Conférence internationale pour une Paix juste et durable en Palestine.

- en proposant à l’Union Européenne de rompre les relations économiques et culturelles avec Israël, tant que ce pays ne respecte pas les résolutions de l’ONU, les lois internationales sur les droits du peuple palestinien.

Allain GRAUX

Le 3 février 2016

Tag(s) : #GEOPOLITIQUE

Partager cet article

Repost 0