Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J’ai reçu au courrier la copie d’une lettre qu’une électrice, appelons-là Raymonde, a envoyée à la députée socialiste de sa circonscription.

Raymonde, que je rencontre dans le milieu associatif est indignée. Modeste retraitée depuis 15 ans, elle percevait une pension de la Carsat de 688 € par mois, à laquelle s‘ajoutait 145 € de retraite complémentaire, soit un total de 833€. Ce qui serait en-dessous du seuil de pauvreté, si elle ne percevait pas aussi une pension de son ex- mari. Ce qui ne va pas bien loin.

SEUIL de Pauvreté – selon Insee.

En France, un individu est considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 828 ou 993 euros (données 2012), selon le rapport avec le salaire médian à 50 ou 60 %. Entre 2011 et 2012, la France comptait quelque 8,5 millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté (987 euros par mois)

Autre chiffre particulièrement significatif, en 2011, les personnes les plus aisées bénéficiaient d'un niveau de vie 3,6 fois plus élevé que celui des plus modestes. Un écart en forte hausse, d'après l'Insee, synonyme d'accroissement des inégalités. Les 10 % des personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10 530 euros ; celui des 10 % les plus aisées est d'au moins 37 450 euros.

Cette même année, les 40 % des ménages les plus modestes ont vu leur niveau de vie diminuer entre -0,2 % et -0,8 %, pendant que les 40 % des ménages les plus aisés l’ont vu progresser entre +0,1 % et +0,8 %.

Globalement, la plupart des indicateurs montrent une progression des inégalités qui atteignent leur plus haut niveau enregistré depuis 1996. Seul le revenu médian des Français (la moitié vit au-dessus, l’autre en-dessous) est resté stable en 2011, à 1 630 euros par moi, selon l’Insee.

En 2014 ; après deux ans de gouvernement hollandiste, le taux de pauvreté est passé de 8.9 % en 2012 à 13,9 % pour 8 540 000 personnes pour un seuil à 60 % et 4 977 000, 8,1 % pour un seuil à 50 %. Pour les personnes seules, le seuil s’élève à 18, 3 % de la population (à 60 %)…Il atteint 67, 8 % pour les mères inactives…Le taux de pauvre

Quand on retire le loyer, les charges, que reste-t -il pour vivre dignement ?

Mais pour ce gouvernement, c’est encore trop, de telles ressources mettent en cause la politique économique de la France, la dette, cette sacro-sainte dette, cette sacrée dette qu’il faut payer aux banquiers, aux différents préteurs privés responsables de la spéculation qui a entrainé la crise financière de 2008. Puisque depuis Giscard, en France, l’Etat ne peut emprunter qu’auprès de financiers privés avec des taux d’intérêt calculés par des officines également privées , les fameuses agences de notation.

Le 7 décembre dernier, Raymonde a reçu une lettre de l’assurance retraite pour lui annoncer que la contribution sociale généralisée dont le taux est fixé à 3,8 % serait prélevée sur sa modeste retraite. Ne payant pas d’impôts sur le revenu, elle n’y était pas astreinte, Cela représente 30 € mensuels et :

- On me retire l’équivalent de 20 voyages à Dijon (10 A/R de tram et bus), soit 20 € de plus. Au total, chaque mois j’aurai 50 € de moins pour vivre. Et puis, également un courrier de la caisse complémentaire m’informe d’une baisse de 8 €.

Près de 60 € en moins sur une modeste pension, c’est énorme pour cette personne dont la voiture est à bout de souffle et qu’elle ne pourra pas réparer ou en racheter une autre si elle tombe en panne, car je n’ai plus d’économies ajoute-t-elle.

Pour Raymonde, c’est injuste, elle considère que le gouvernement a trouvé un moyen de faire payer des impôts à ceux qui n’y étaient pas astreints du fait de leurs faibles ressources. Elle dit qu’il y a encore plus malheureux qu’elle, ceux qui sont obligés d’aller « Aux restaux du cœur « et dont elle s’occupe. Mais ce n’est pas une raison pour prélever des contributions injures sur les plus pauvres alors que l’on fait des cadeaux aux plus riches : les dividendes des grands groupes français ont augmenté de 30% en 2014.

Aussi, elle avertit sa députée qu’elle ne votera plus pour un candidat socialiste comme elle le faisait jusqu’à présent.

D’autres personnes dans sa situation n’iraient plus voter ou donneraient leur voix au FN, pour protester.

Mais Raymonde a de la conscience politique, à chaque fois qu’elle le pourra, quand ce sera possible elle déposera un bulletin en faveur d’un candidat du FRONT DE GAUCHE.

Et puis pour en finir avec ce système, elle se prononcera pour une autre République, la VI°, avec tous ceux qui exigent une Assemblée Constituante, pour un véritable changement politique, une autre politique sociale et écologique.

Allain Graux

Le 24 février 2015

Tag(s) : #politique